Posted on

Sexualité de récréation

Si on ne limite pas la sexualité à une fonction reproductive (qui est pourtant la principale représentation inconsciente chez la majorité des gens), la sexualité est aussi un mode relationnel que vous construisez et développez dans la rencontre et le rapport avec autrui (bien ou mal, réel ou imaginaire…). C’est une façon d’être au monde. On peut dire qu’être humain, c’est être auteur et acteur de sa sexualité.

La sexualité est donc plurielle. Une de ses manifestations, appelée “sexualité de récréation” par le psychiatre et professeur Nhi Barte, met l’accent sur la sexualité comme espace pour se re-créer. Son but est le plaisir. Un modèle érotique polymorphe, où toutes les variations de formes, de postures et de partenaires consentants sont possibles, qui a pour seules limites celles fixées par la société dans le cadre de la loi. Bonne nouvelle, elle n’est pas limitée dans le temps : elle dure toute une vie, de la naissance jusqu’à la la mort. Et parler de sexualité récréative dans cette note, c’est toucher à la vie et ranimer l’énergie sexuelle et vitale.

À propos de Vanina Gallo

Je prends soin de l’épanouissement des personnes par le coaching et contribue avec ma sensibilité artistique au développement harmonieux des organisations. Qu’il s’agisse d’un accompagnement pour relever vos défis professionnels et relationnels, ou qu’il s’agisse de faciliter les réflexions et visions d’un groupe par la pensée visuelle et la facilitation graphique, je vous aide à innover et à trouver les ressources pour créer la vie que vous désirez.

3 pensées pour “Sexualité de récréation”

  1. Je souscris à la sexualité ré-créative de plaisir si elle ne crée pas de dépendance et qu’elle n’aliène pas l’autre à son égo.
    Malheureusement, l’énergie vitale ou le désir ne peut pas toujours s’exprimer sereinement, sans attentes et sans frustrations…

  2. Il faut qu’il y ait la rencontre de deux désirs, effectivement. Ce qui crée la dépendance, c’est la blessure (de l’enfant), le besoin non comblé de l’enfant (≠ du besoin de l’adulte). En tant qu’adulte, je suis responsable à 100 % de mes émotions et projections, de mes choix. Responsable donc libre !
    Est-ce que ça répond à votre commentaire ?

  3. Vous avez répondu à mon commentaires comme je le projetais !
    Il n’est pas facile de vivre avec discernement « Je désire » parce qu’en réalité l’enfant dit intérieurement « Je te désire » et c’est une façon de s’imposer à l’autre, d’aliéner l’autre à se qui panse mes blessures même si j’accepte que l’être désiré a le choix et la liberté d’adulte de la relation.
    Je voudrais bien être responsable à 100% de mes émotions et projections. Cependant, aujourd’hui, je fonctionne en projection mentale quasi permanente et mes émotions s’expriment timidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *