Posted on

Let’s die today

lets-die-today

Un jour j’ai entendu cette phrase : “Ayez la chance de mourir avant de mourir”. J’ai également eu un formateur qui, au moment de claquer vigoureusement des mains, criait : “Maintenant vous êtes morts !”… Rien de plus efficace pour créer une rapide détente. Enfin, j’ai entendu parler de ce thérapeute qui accueillait ses nouveaux clients en leur demandant : “Êtes-vous prêt à mourir ?”. Si la personne répondait par la négative, il concluait : “Alors je ne peux rien pour vous.”

Aujourd’hui j’ai senti venir le moment que je redoute plus que tout et qui ressemble à un vide absolu. Un moment où soudain tout ce qui a été n’est plus. J’ai éprouvé en moi un horrible pincement au cœur, presque familier, une désagréable sensation qui me prend aux tripes et m’évoque un anéantissement. Alors à cet instant précis, plutôt que de rationaliser et de chercher à contrôler l’incontrôlable pour tenir coûte que coûte, j’ai choisi de lâcher. Ce matin-là, je suis morte.

J’ai dit oui à cette impression morbide qui m’envahissait, je me suis imaginée enveloppée par la mort même et j’ai cessé de lutter. Tout ce à quoi je m’accroche par habitude a été emporté et noyé dans une grosse vague : les rêves, les espoirs, tout ce qui a été entrepris, accompli et emmagasiné, les regrets et les chemins écartés, les instants anodins ou joyeux qui fondent le quotidien, les projets de job ou de voyage, les personnes aimées ou croisées… Pas d’échappatoire possible. Tout, absolument tout, a été avalé, englouti, et a fait table rase. Il ne restait que la présence de la mort, immobile, et moi faisant corps avec elle.

Osez être le vide

Le cycle créatif ou vital obéit au processus vie-mort-vie. Il faut pouvoir laisser mourir quelque chose ou une partie de soi pour faire place à ce qui a besoin de naître. Or l’être humain s’accroche avec facilité à toutes sortes de contingences matérielles et affectives pour rester occuper et éviter le travail fondamental, à savoir la mission de vie que chacun porte en soi. Roberto Assagioli, le fondateur de la psychosynthèse, voyait dans le développement personnel un travail de prise de conscience et de désidentification – détachement – de ses blocages, croyances, représentations et même de ses rêves. Car tous les bagages que nous traînons dans le quotidien nous empêchent de profiter des ressources illimitées qui sont à notre disposition.

Vous êtes comme un livre ouvert à une page : imaginez que vous passez toute votre vie à relire les mêmes lignes. Pour pouvoir découvrir une autre page parmi les possibles et avancer sur le chemin qui vous amène à devenir de plus en plus sujet, c’est-à-dire auteur ou créateur de votre vie, seule une nécessité rabâchée et rabâchée vous fera faire le saut quantique, en passant par la mort de ce qui est. Les obstacles contre lesquels vous buter jour après jour, année après année, permettent cette croissance. Ils ne sont que l’autre face d’une même pièce, d’où émane harmonie, équilibre, paix, joie… Tout est bon dans le cochon.

Ce qui suit la mort se nomme renaissance. Le vide fait alors place à de nouvelles possibilités jamais envisagées… Le vide, en manifestant une disponibilité totale au mouvement créateur vital, permet de tourner une nouvelle page dans le livre de votre vie et de recevoir des réponses inédites. Car dans le vide, il y a… tout.

À propos de Vanina Gallo

Je prends soin de l’épanouissement des personnes par le coaching et contribue avec ma sensibilité artistique au développement harmonieux des organisations. Qu’il s’agisse d’un accompagnement pour relever vos défis professionnels et relationnels, ou qu’il s’agisse de faciliter les réflexions et visions d’un groupe par la pensée visuelle et la facilitation graphique, je vous aide à innover et à trouver les ressources pour créer la vie que vous désirez.

5 pensées pour “Let’s die today”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *