Posted on

Habiter un monde inhabitable

Habiter un monde inhabitable

“Le monde est menaçant, confus et disgracieux…”, ainsi pensons-nous dès que quelque chose nous glace intérieurement. Quand le froid fige le moindre espoir, quand le noir recouvre toute parcelle de vie, quand la terreur est ravivée par une paranoïa intérieure, voilà exactement le lieu d’un terrain à défricher. Car c’est là qu’il est possible de transformer l’ombre en lumière. Une marche à suivre mise en chansons par le merveilleux artiste que fut Leonard Cohen.

Voir ce qui est

Partout la réclame d’une vie idéalisée, lissée et mise en scène, dramatiquement fondée sur une logique mécanistique, investie de toute-puissance et qui cherche à nier la vulnérabilité. Pourtant… Nous ne contrôlons pas nos vies : nous sommes des feuilles d’arbre balayées par le vent, condamnées à l’errance par les cycles et les forces invisibles qui les régissent. Nous ne contrôlons pas nos vies car le lien avec nous-même ou les autres est fragile et ténu : à l’image de cette femme qui tisse ses propres cheveux sur un métier où se mêlent fils d’or et souffle, nous sommes aussi fragiles que la bise et notre besoin de compassion est absolu. Nous ne contrôlons pas nos vies et notre seul but est de rester créateur : caresser notre vécu d’une interprétation ou d’une lueur de vision qui nous donne le souffle pour renverser et retourner les situations, continuer à jouer, à rire et à jouir. Et que la lumière soit.

I know you really loved me but, you see, my hands were tied

Ne rien faire

Pour y voir clair – et surtout voir autrement –, il est important de savoir ne rien faire. Ne rien faire pour trouver le silence intérieur, le silence vivant et organique par lequel nous prenons contact avec les zones profondes en nous. À l’image de cet âne qui regarde le fonds du puits. Nous sommes fondamentalement chacun l’âne et le puits (celui qui regarde et la chose regardée). Alors peu importe ce qu’il y a à regarder au fonds du puits, peu importe la nature des obstacles que nous rencontrons, tant que comme l’âne nous regardons le puits assez longtemps pour que le puits nous regarde en retour. Regarder l’abîme assez longtemps pour que celui-ci nous dissolve (et que nous ne soyons plus cet âne têtu). Regarder l’abîme et rester en présence de nos questions assez longtemps pour laisser infuser les réponses à partir des trous noirs qui nous composent (et que l’âme puisse enfin s’enraciner en nous). Peu importe ce qui se présente dans notre vie, laissons les imperfections et les renoncements nous regarder et nous pénétrer pour donner naissance au créateur que nous sommes.

Silence and a deeper silence when the crickets hesitate

Apprendre à nous perdre et à perdre

Fondamentalement inhabitable, le monde ne peut être que traversé et nous ne sommes que des voyageurs : tout ce qui n’est pas en mouvement tombe et tout ce qui tombe se brise. Via les chutes, les privations ou les séparations, nous réalisons que ce n’est pas la solitude qu’il faut dissoudre, mais cette chose qui se sent seule : le Moi. Il convient donc de se maintenir en mouvement en opposant à l’axe vertical des chutes la “ligne de fuite” horizontale sur laquelle nous pouvons danser. Apprendre à danser avec les manques. Confronter le vide et saisir l’effondrement intérieur qui l’accompagne. Apprendre à ouvrir les doigts, à lâcher l’emprise et à constater l’allègement de toute chose (car une fois que nous lâchons-prise, il n’y a plus rien, ni ce à quoi nous nous accrochions, ni les problèmes, ni les questions, ni le Moi qui restait accroché). Nous-même évaporé et l’univers avec nous, c’est ainsi que le processus de désidentification se manifeste. Car toute chose est suffisamment légère pour qu’on la lâche : la présence des êtres aimés, leur absence, nos peines et nos joies.

It’s light enough light enough to let it go

Trouver son centre de gravité

Il ne reste qu’à prier (et les chansons de Leonard sont des prières) et rejoindre le centre de gravité – qui, comme son nom l’indique, n’a rien de léger. Il s’appuie sur une posture radicale qui s’éclaire au moment où tous les artifices ont échoué. Quelque chose s’est tendu jusqu’à trouver une issue à l’intérieur de soi. Après avoir ressenti au plus près la misère jusqu’à être dans l’imploration ou la demande pure, trouver la voix juste, le verbe précis. Les défis aident à sculpter avec toujours plus de précision les contours de nos actions. Et en caressant les aspirations, à travers les formes que prennent les ressentis et les émotions, baisser d’un ton et se retourner vers l’intérieur, là où se trouve le centre de gravité. Car c’est autour du grave en soi (comme l’octave en moins ou la voix qui devient caverneuse) que la légèreté va pouvoir fleurir et se déployer, tournoyer et embrasser les différents chemins à explorer.

Par l’accompagnement, les images et les mots.

Recommencer encore et encore

Pour un artiste (de la vie ou d’autre chose), le savoir-faire est un piège (en sachant faire, il devient un faiseur, et celui qui sait faire, triche). D’où la nécessité, une fois arrivé quelque part, de repartir. Toujours. Et à chaque fois de zéro. Nouveau départ pour reconsidérer les questions essentielles : “Qui suis-je ? Qu’ai-je à offrir ? Quelle est ma vision ?” Ensuite répondre par : “Je suis…”

Je suis celle qui interprète le monde, lui donne une forme et un sens (car forme et sens vont ensemble). Je fais résonner les expériences pour laisser émerger la mélodie intérieure qui réconcilie et invite à danser. Par l’accompagnement, les images et les mots. Je me renouvelle ainsi : après avoir animé des stages pour déployer l’identité féminine, le potentiel des projets et les qualités multiples grâce aux archétypes des dieux et déesses grecs, je transmets aujourd’hui avec la pensée visuelle un outil et une posture qui favorisent l’introspection et l’inspiration.

Aussi bien au niveau personnel que collectif, car nos vies sont multiples : une vie sociale, avec son masque, ses victoires et ses défaites, et une vie profonde, secrète, qui est celle du cœur. Elles se complètent et se chevauchent jusqu’à insuffler dans le vie du cœur la légèreté qu’elle réclame et à dessiner la vie futile avec profondeur et sérieux. Cultiver la compassion, le retournement, l’humour et la poésie pour déterrer la beauté et la joie en toute chose.

“La paix n’est pas entrée dans ma vie. Ma vie s’est enfuie et la paix était là.”
Merci Leonard Cohen. Texte inspiré par le livre “Léonard Cohen, l’homme qui voyait tomber les anges” de Christophe Lebold.

À propos de Vanina Gallo

Je prends soin de l’épanouissement des personnes par le coaching et contribue avec ma sensibilité artistique au développement harmonieux des organisations. Qu’il s’agisse d’un accompagnement pour relever vos défis professionnels et relationnels, ou qu’il s’agisse de faciliter les réflexions et visions d’un groupe par la pensée visuelle et la facilitation graphique, je vous aide à innover et à trouver les ressources pour créer la vie que vous désirez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *